RETOUR SUR LE HORS LES MURS MEZE MARDI 2 JUILLET 2019

HORS LES MURS 2 JUILLET 2019 19H DEVANT LE CLUB THALASSA MEZE GRATUIT

Dans le cadre de l’école thématique CNRS organisée du 1 au 5 juillet 2019,

Artivistes-atelier a déployé son dispositif hors les murs pour présenter les moyens de mobilisation par l’art et la culture et les outils participatifs de rue, en l’occurrence nos méduses aériennes.

Un franc succès, des rires, des échanges avec les chercheurs et passants sur les usages de l’étang de Thau juste en face.

DES CHERCHEURS SPECIALISTES DES SCIENCES PARTICIPATIVES ET DES PASSANTS MEDUSES

DE LA MUSIQUE DU STREET ART DES OUTILS PARTICIPATIFS DE RUE…

… de la joie, de la bonne humeur, des échanges, une zone de démocratisation des enjeux socioenvironnementaux et surtout d’échanges entre les sciences et la société.
Spéciale dédicace à Jacques et Michelle (Chevalier), nos amis outre atlantique grands spécialistes de la RAP qui nous ont fait l’honneur et le plaisir d’animer notre école thématique.
Merci à Sylvie (Blangy) qui ne compte pas ses heures et garde le sourire en toute circonstance.
Merci à toutes et tous les participants.
Merci à nos artistes qui ont fait le déplacement Tipa Tipa et David.

 

 

BAR DES SCIENCES 20 JUIN 2019 BRASSERIE DE LE DOME MTP 20H30

190214 Bar des Sciences Web 2019

RDV CE SOIR AU BAR DES SCIENCES POUR LES QUESTIONS AIR CLIMAT SANTE

Le dernier Bar des sciences de la saison aura lieu jeudi 20 juin sur le thème : « La qualité de l’air en milieu urbain – Mesures, santé, prévention ». Ce sera aussi une édition festive et pleine de surprises pour marquer ses 20 ans !

QUALITE DE L’AIR

La qualité de l’air est devenue un enjeu majeur de santé publique et elle est au coeur de la transition écologique, énergétique et solidaire. Le dernier rapport de l’Agence Européenne de l’Environnement publié en octobre 2018 est alarmiste : en 2015, 48 000 décès prématurés en France sont imputés à une qualité de l’air fortement dégradée en milieu urbain. Régulièrement, les organismes publics, médecins, chercheurs, associations citoyennes, sonnent l’alarme de la pollution atmosphérique et force est de constater que les politiques publiques peinent à mettre en place des mesures efficaces pour diminuer ce risque sanitaire. Selon l’OMS, la pollution de l’air est le principal risque environnemental pour la santé dans le monde. Entre inquiétude et prise de conscience, les questions affluent : D’où viennent les différents polluants qui se concentrent au coeur des villes et dégradent l’air que nous respirons ? Quels sont leurs impacts sur notre santé ? Quelles sont les précautions et mesures à prendre ?
Ce débat sciences-société rassemble 4 scientifiques et spécialistes du sujet :
 Pierre Camps, Directeur de recherche CNRS au laboratoire Géosciences (Université de Montpellier)
 Davia Dosias-Perla, Ingénieure d’étude au laboratoire ARTDev (Université Paul Valéry) – Co-fondatrice de l’association Les Artivistes
 Lionel Scotto d’Apollonia – Chercheur associé au laboratoire LIRDEF (Université de Montpellier – Université Paul Valéry) – Sous-directeur du GDR Parcs – Co-fondateur de l’association Les Artvistes
 Florence Trébuchon, Médecin allergologue – Membre du Collectif Air-Santé-Climat et de l’ASEF (Association Environnement France)
Infos pratiques
 Jeudi 20 juin à 20h30 à la brasserie Le Dôme
2, Avenue Georges Clémenceau – 34000 Montpellier
 Soirée anniversaire-surprises
 « After-bar des sciences » : interventions musicales Afro-latines du groupe Onda Ya

https://languedoc-roussillon-universites.fr/actualites-evenements/325-bar-des-sciences-2019-la-qualite-de-l-air-en-milieu-urbain-le-20-juin-2019

Prix de la Recherche Action Participative

Les projets ARTIVISTES  à l’honneur

Nous avons le plaisir d’être sélectionnés parmi plus de 50 projets pour concourir au prix de la recherche action participative. Dans la chaleur estivale nous allons rédigé une note de synthèse, les résultats finaux sont attendus à l’automne…

Notre projet articule le projet financé par l’ADEME Air Climat Santé Société & Art et le projet Particip’Air !

La Fondation de France et le Groupement d’intérêt scientifique Démocratie et Participation partagent la conviction que la participation de toutes et tous à la production des savoirs est une condition nécessaire pour affronter les crises sociales, environnementales et démocratiques et relever les défis à venir.

Ils s’associent pour organiser un Prix de la recherche participative 2019permettant de mettre en valeur la recherche participative qui rassemble chercheur·e·s, professionnel·le·s et citoyen·ne·s.

Objectif

Le prix de la recherche participative entend contribuer à stimuler à la fois le débat sur ces questions épistémologiques et les expérimentations concrètes de recherches participatives en France. Les équipes lauréates bénéficieront d’une dotation financière dédiée à la valorisation de la recherche participative, selon un format adapté à chaque collectif.

Critères de sélection

Le prix de la recherche participative porte sur la valorisation de recherches déjà abouties, dont les premiers résultats sont suffisamment avancés pour être présentés, et permettent d’évaluer comment s’articulent production de connaissances et action.

Le comité scientifique appréciera la qualité globale des démarches présentées. Il prendra en compte la diversité des approches, des champs, des méthodes et des publics ciblés, notamment les personnes en situation de précarité éloignées des processus de participation, selon les recherches.

Il sera particulièrement attentif à quatre dimensions essentielles de la recherche participative :

  • Les objectifs : Pourquoi le collectif d’acteur.es-chercheur.es s’est-il formé ? Quelles ont été les motivations et les raisons pour l’impulsion de cette démarche de coopération ?
  • La méthode : Quelles sont les modalités d’implication des personnes concernées ? Comment le processus de recherche prévoit-il et permet-il leur entière inclusion à toutes les étapes et dans toutes les activités de recherche, en adaptant la méthode à leurs éventuelles difficultés ? Comment le processus de recherche permet-il également un changement de la posture de chercheur ?
  • Les effets sur les connaissances : Quels sont les impacts de la recherche sur la production de nouvelles connaissances ? Sur la formulation de nouvelles hypothèses ? Sur le développement de nouvelles méthodes ?
  • Les effets sur la société : Quels sont les impacts (envisagés et constatés) pour les différentes personnes impliquées, y compris les chercheurs ? Sur leur environnement ? Sur le problème traité ? Sur les institutions ? Sur les décisions publiques ?

Plus de renseignements sur: http://www.participation-et-democratie.fr/fr/content/prix-de-la-recherche-participative

RDV JEUDI 25 JUILLET 2019 – 06H30 RUE DU BERBIAN SORTIE VALERGUES

PRE-ETUDE D’IMPACT DE LA QUALITE DE L’AIR A VALERGUES JEUDI 25 JUILLET 2019 – 6H30 – RUE DE BERBIAN A LA SORTIE DE VALERGUES

L’heure est matinale mais permet d’éviter les grosses chaleurs. Ce n’est pas le démarrage du programme de sciences participatives mais une pré-étude qui nous permettra de conduire plus efficacement la « grande campagne participative » qui débutera à l’automne 2019.

Nous allons longer le canal et collecter des plantes sur toute la longueur de la haie arborée en sélectionnant une ou deux espèces.

RAPPEL DU RESUME DU PROJET ANR BREATHE

Dans le cadre du projet BREATHE, dirigé par Pierre Camps, mené avec l’UMR Géosciences Montpellier visant à développer une biosurveillance particpative de la qualité de l’air sur plusieurs communes.

Dans quelle mesure le magnétisme environnemental permet-il une bio-surveillance pertinente de la pollution de l’air aux particules fines en milieu urbain et péri-urbain ? L’intégration des citoyens depuis une métrologie sur bio-capteurs jusqu’à la construction d’un plan d’action peut-elle servir de levier sur les décisions politiques qui concernent la qualité de l’air ? Ces deux questions sont au cœur du projet BREATHE. Pour y répondre, nous mettrons en œuvre un programme de Science Citoyenne de bio-surveillance par les techniques du magnétisme environnemental qui puisse servir de base solide à un programme de Recherche-Action Participative. L’enjeu est d’intégrer pleinement le citoyen dans la construction et la mise en place des politiques publiques des territoires sur la qualité de l’air. Sur le plan de la métrologie, l’avantage du projet BREATHE est sa capacité à produire, grâce à la technique employée, un grand nombre de mesures rapides et peu chères prenant en compte la présence de nanoparticules. Ces caractéristiques permettent une production de cartes singulières à haute résolution spatiale des dépôts de polluants selon des modi operandi intégrant les citoyens. Tout le défi de BREATHE sera de porter la technique du magnétisme environnemental sur biomatériaux à un niveau de validation qui permette de l’utiliser in fine dans la co-construction d’une part d’outils d’aide à la décision intégrant des indicateurs d’efficacité afin de mettre en œuvre plus efficacement les politiques publiques sur la qualité de l’air et d’autre part de feuilles de route pour les réformes métrologiques et institutionnelles.

Nous avons ciblé trois zones tests sur lesquelles il existe à la fois une source potentielle bien identifiée de pollution anthropique aux particules fines et une mobilisation déjà bien avancée en amont du projet BREATHE depuis le citoyen jusqu’aux élus. Ces trois zones tests correspondent à la commune de Saint-Aunès riveraine d’une autoroute à 12 voies de circulation, aux communes de Valergues et Mauguio directement concernées par les rejets d’une usine de valorisation des déchets, et à plusieurs rues « canyons » en milieu urbain dans la ville de Toulouse. L’ambition de BREATHE est de développer avec et pour le citoyen une méthode qui puisse être déployée sur différents territoires et à différentes échelles. Ce projet a reçu le soutien de la société privée ASF/VINCI qui a financé le développement et la réalisation d’un banc expérimental pour étalonner la mesure des dépôts de polluants sur les végétaux, et du soutien des communautés territoriales concernées, Toulouse Métropole et Agglomération du Pays de l’Or. BREATHE est un projet hybride qui s’inscrit résolument et modestement à son échelle dans les outils pour relever les défis de la transition écologique et solidaire.

RESTE A CONSTRUIRE UN COLLECTIF CITOYEN POUR MENER LES RECOLTES ETE 2019

L’objectif de ce premier rendez-vous est de construire le collectif de citoyens et de vous expliquer la démarche participative.

Il s’agira dans un premier temps de faire un inventaire des plantes que l’on pourra récolter en s’appuyant sur votre expertise.