Atelier climat citoyen

Porteurs du projet

Scotto d’Apollonia Lionel & Davia Dosias-Perla

Parrain

Jean Jouzel nous fait l’immense plaisir et honneur de parrainer nos actions. Nous reproduisons son commentaire:

« Accord de Paris, objectif 2°C …. Au-delà des discours, des textes, l’Atelier Climatique Citoyen offre de belles perspectives d’adhésion du plus grand nombre de par le Monde mais aussi dans notre pays, dans nos territoires. Sensibilisation, concertation en sont des approches incontournables tout autant que l’art et culture en seront aussi de formidables vecteurs »

Afficher l'image d'origine

BESOIN IDENTIFIE D’OUTIL PARTICIPATIF CITOYEN CONCERNANT LE PLAN NATIONAL D’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Les perspectives ouvertes après l’accord de Paris sur le climat de la COP21 vont dynamiser les politiques d’adaptation aux changements climatiques sur les territoires quarte ans après le lancement du premier accord. Cependant comme le souligne le rapport du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD), le prochain plan d’actions dont la date d’entrée en vigueur est fixée au 1er Janvier 2017 doit être décliné à des échelles territoriales : entre les régions, les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) et ce avec l’appui de l’Etat. Ces actions couvrent un large secteur d’adaptations. A titre d’exemples il est possible de citer : la gestion et les usages de l’eau – la transformation urbaine et la question des mobilités – du verdissement des villes – la biodiversité des trames vertes et bleues – les risques naturels dont les événements climatiques extrêmes.

Reste donc à transposer concrètement la feuille de route définie par les engagements de la France à différents niveaux d’échelles. Autrement-dit, il s’agit de trouver des solutions dans nos rues, nos quartiers, nos villages et nos villes, nos agglomérations et nos communautés de communes, les départements et désormais dans les enjeux des nouvelles régions. Sur le terrain ces solutions représentent des difficultés auxquelles se heurtent les décisionnaires lors de la mise en application des plans d’actions. En d’autres termes, l’opérativité des actions à mener demeure limitée dès lors qu’il s’agit de passer des « bonnes intentions » aux réalités socio-économiques à l’échelle locale. Notons que la régulation des politiques publiques sur le territoire national répond à des logiques technocratiques verticales très « top-down » laissant une place limitée à la concertation et à l’engagement citoyen. Les solutions relatives aux enjeux énergies-climat applicables à des niveaux locaux restent à définir, construire et appliquer.

Force est de constater que les attentes citoyennes à nos échelles locales malgré la mobilisation de la société civile lors de la COP21 restent un point aveugle vis-à-vis des plans d’actions territoriaux. Ce projet entend répondre à la construction et la mise en applications des plans d’actions aux échelles du territoire en cherchant à faciliter les contraintes protocolaires de concertation dans une réelle perspective de démocratie participative.

« Pour répondre à ces besoins, l’Atelier Climatique Citoyen propose la construction d’outils participatifs de sensibilisation et d’éducation citoyenne et d’aide à la décision politique concernant les plans d’adaptation au réchauffement climatique par l’intermédiaire du Street Art. »




plage saintes 05

FORCE DU PROJET : MISE EN SYNERGIE MULTI-ACTEURS

La force du projet de l’Atelier Climatique Citoyen est de mettre en synergie l’ensemble des acteurs impliqués dans les questions d’adaptation au réchauffement climatique : les citoyens – des associations et des agences environnementales – des élus et des décideurs politiques – des chercheurs – des acteurs du monde de la culture et des arts, des professionnels de l’éducation.

L’Atelier Climatique Citoyen vise donc à proposer des dispositifs innovants participatifs concernant les politiques climatiques à mener sur un territoire. Il réfléchit et développe également des outils de sensibilisation permettant d’impliquer le plus grand nombre de citoyens et ce de façon trans-générationnel. L’atelier aspire à développer une éducation scolaire et populaire aux enjeux scientifiques, sociaux et politiques sur les questions climatiques dans les établissements scolaires mais aussi hors les murs.

« Ce projet de l’Atelier Climatique Citoyen repose sur la mise en synergie de deux projets « Rue du climat : des murs en rubans » et « l’arbre à palabres climatiques » portés respectivement par Madame Davia Dosias Perla et Monsieur Lionel Scotto d’Apollonia. »

Ce projet de l’Atelier Climatique Citoyen s’appuie sur la capacité performative de l’art à mobiliser et potentialiser les intelligences sensibles citoyennes. Il s’appuie sur le projet conçu, développé et conduit par Davia Dosias Perla, (Experte et consultante en environnement, Ingénieur agronome, Dirigeante Strart Up Les Artivistes), « RUE DU CLIMAT : de murs en rubans » La réalisation, la création d’happenings artistiques dans la rue, à partir de collage réalisés par des street artistes sur des thèmes climatiques adaptés aux spécificités locales permet d’interpeler les citoyens dans leurs quotidiens en les invitant à échanger, réfléchir, participer. La mise en synergie des citoyens et artistes devenant alors dans un élan commun des Artivistes agit comme une véritable inclusion du projet artistique et des implications démocratiques citoyennes. Elle permet de dynamiser une démarche territoriale pour mobiliser le plus grand nombre de citoyens en les replaçant dans la réflexion citoyenne. Ces échanges permettent de sensibiliser un large spectre de citoyens et de leur donner la parole afin d’alimenter des prises de décisions et des réflexions citoyennes participatives. L’expérience montre que l’art est un catalyseur de changement et représente un bel outil d’innovation sociale et citoyenne. Digne héritier de l’éducation culturelle populaire de Jean Vilar, « RUE DU CLIMAT : de murs en rubans » à travers le street art devient une nourriture aussi indispensable que le pain et le vin, un service public. En (ré) intégrant les questions climatiques dans les pratiques quotidiennes citoyennes, ces actions reviennent à réintégrer les cultures climatiques au cœur de la vie quotidienne des citoyens au même titre toujours en référence à Vilar, que le gaz, l’eau et l’électricité à tous les étages.

12118859_1193894030625887_6821623257309044575_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crédit photo Al Sticking

Les travaux de Lionel Scotto d’Apollonia, (Sous directeur du GDR PARCS, professeur de Physique et Docteur en Sociologie sur les questions climatiques) porte sur la conceptualisation et la construction d’un outil participatif innovant thématisé sous le nom de « L’arbre à palabres climatique ». En quelques lignes, l’arbre à palabres est inspiré de la tradition africaine, lieu de rassemblement sous lequel les villageois discutent « librement » des problèmes sociaux et politiques. L’image de l’arbre à palabres permet d’aborder les enjeux des débats citoyens portant sur les questions climatiques dont les ramifications touchent l’ensemble des questions écologiques comme celle de la biodiversité ou encore environnementales comme les problématiques énergétiques du nucléaire ou des gaz de schiste. La force du concept de l’arbre à palabres est de symboliser avec simplicité tout un ensemble de dispositifs citoyens existants sous différentes appellations comme celle de « forum citoyen » ou « forum débat ». Ce dispositif de sciences citoyennes permet d’aborder ainsi les dimensions multi- et inter-culturelles en interrogeant la pluralité des regards des citoyens de notre « Terre-patrie ».

« La force de ce projet s’appuie sur l’expertise climatique sociale du GDR (Groupe de Recherche) CNRS PARCS (Participatory Action Research and Citizen Sciences), dirigé par Sylvie Blangy, dont Lionel Scotto d’Apollonia est sous-directeur, en recherche action participative piloté depuis le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE) de Montpellier. En ce sens le projet prévoit en étroite relation avec le GDR la construction d’une plateforme de discussion, un Web Collaboratif asynchrone sur Internet. »

 En outre le projet s’appuie un programme de recherche sur les éducations aux questions climatiques « Le réchauffement climatique expliqué à mes parents » développés et piloté par Lionel Scotto d’Apollonia, qui est aussi formateur académique en tant qu’enseignant-chercheur. Il a l’avantage d’être labélisé par l’Education nationale et a été présenté lors de la COP21. Il est piloté au sein de la Faculté Des Educations de Montpellier depuis le laboratoire LIRDEF équipe Didactique et Socialisation.

plage saintes 03

DESIGN DE L’OFFRE D’EXPERTISE CLIMATIQUE

 

L’offre de service intègre en amont des actions menées au sein et en dehors à l’intérieur des établissements scolaires mises en lien avec le projet tel qu’il est décrit ci-dessous. Ces actions éducatives portent sur une approche intégrée des questions climatiques, c’est-à-dire à la fois sociales, politiques et scientifiques.

 

Etape 1 : Construction cartographique des actions à mener et évaluation des faisabilités

Il s’agit de créer du lien entre les activités quotidiennes des citoyens et le dispositif qui se décline dans une première étape en deux temps :

(1) Des happenings artistiques directement dans la rue dans le but d’interpeller le public le plus large possible en croisant les regards générationnels et culturels.

Les citoyens sont interpelés et invités à écrire des propositions directement sur l’œuvre (collage, cellograf, graphe) réalisé par l’artiste en interagissant avec lui et un animateur. Le thème des œuvres d’art répond aux spécificités locales et enjeux identifiés – mobilité, montée des niveaux marins, érosion côtière, gestion de la ressource, etc. Le projet s’inscrit à l’échelle des quartiers en lien avec les associations locales (associations de quartier, association d’éducation à l’environnement urbain, au littoral, aux mobilités alternatives, etc.).

(2) Atelier participatif citoyen (L’arbre à palabres climatique) afin de proposer des outils participatifs d’aide à la décision vis-à-vis des actions publiques à mener. Ce dispositif se décline en deux temps :

Graphe cartésien des volontés d’action (gradient de -10 à 10) et capacité d’action (gradient de -10 à 10). Les participants se positionnent physiquement sur le graphe et construisent des familles d’acteurs. Par famille ils sont invités à proposer des solutions.

Roue radar, à partir de chaque solution il s’agit de construire une évaluation d’un indice de faisabilité mis en perspectives par rapport à l’élaboration de différentes échelles de temps et de leur pertinence. Il s’agit d’identifier dans les registres d’action, les acteurs à solliciter, les leviers d’action favorisants, objectiver les problèmes soulevés par les actions à mener.

Etape 2 : Construction de l’outil d’aide à la décision

                Il s’agit de construire des grilles d’aide à la décision en fonction des actions identifiées et répondant aux besoins des élus.

Ces grilles doivent appréhender les logiques d’action par rapport aux contraintes liées au cadre législatif de la concertation. La construction de ces outils s’accompagne d’une élaboration des études d’impacts et d’incidences sur la biodiversité et les écosystèmes ainsi que d’une évaluation de l’efficacité énergétique à partir de la construction d’un bilan carbone. Seront intégrés dans l’étude et ce à tous les niveaux de l’étude les implications sociales et politiques. Il s’agit de proposer une expertise territoriale intégrant les aspects scientifiques, sociaux, politiques et évaluant l’efficacité des mesures menées.

Etape 3 : Suivi des actions sur le terrain

La mise en application concrète des actions à mener malgré l’ensemble des efforts de mise en synergie ne pourra pas pour autant s’affranchir des difficultés concrètes qui n’auront pu être clairement identifiées en amont. L’Atelier Climatique Citoyen prévoit la mise en place d’un groupe de pilotage à l’aide de dispositif participatif multi-acteurs des projets mis en place visant à maximiser l’efficacité et la bonne conduction des actions.

Etapes transversales

L’Atelier Climatique Citoyen s’accompagne d’un suivi par la recherche au sein du GDR PARCS à partir de questions de recherche identifiées au cours de la construction et la réalisation du projet.

A titre d’exemple seront questionnées :

-les représentations sociales

– les logiques d’engagements citoyens

– les places et postures des différents acteurs

– la façon dont elles influencent les niveaux de conflictualité liés aux difficultés des procédures de concertation publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *