Co-construction de la réponse à l’appel à projet participatif CO3 Mobilités Air Santé

PROJET CO3 SUR LES MOBILITES

Dans le pur esprit des sciences participatives et d’une co-construction de la problématique de recherche et territoriale l’équipe Artivistes a animé plusieurs réunions de co-écriture de réponse à l’appel à projet CO3. co-porté par l’ADEME, la Fondation de France, les fondations Agropolis, Daniel et Nina Carasso et Charles Léopold Mayer,

Ce projet innovant a permis de mettre en synergie l’ensemble des acteurs qu’ils soient élus, agents, chercheurs, associatifs ou simples citoyens dans l’exercice de co-écriture .

La force et l’originalité de ce projet est de s’appuyer sur l’ingénierie de la participation Artivistes-atelier, véritable innovation sociale, politique et environnementale dans le sens où elle se nourrit de la conflictualité pour améliorer l’efficacité des politiques publiques.

RESUME DU PROJET

Ce projet vise à développer une Recherche Action Participative sur les enjeux de mobilités au sein et à travers Montpellier Territoire (M3M, Pays de l’Or, Pic Saint Loup, Sète Agglo Pôle) en s’appuyant sur le projet BREATHE [ANR UMR Géosciences Montpellier, GET et Artivistes-Atelier (AA)] de biosurveillance participative citoyenne de la qualité de l’air à partir de collecte de plantes et le projet des 3 Cités PoDéMoS (Effect of Air POllution on the risk of DEmentia and on its Main biOmarkerS INSERM). La force de ce projet est de s’appuyer sur l’ingénierie de la participation développée par l’association AA et le GDR PARCS en croisant les expertises d’un consortium composé de l’ensemble des acteurs de Montpellier territoire et notamment les associations dédiées (notamment Vélocité et Vélo Pays de l’Or). Fruit d’une véritable co-construction citoyenne en amont, le projet vise à développer sur la zone test identifiée comme la plus complexe, des itinérances citoyennes afin de co-construire une métrologie fine de la qualité de l’air et une expertise chirurgicale des problèmes à traiter. L’articulation de l’analyse citoyenne des données issues de ces campagnes de terrain et de l’ensemble du travail prospectif réalisé en amont par les associations, les services et les élus des collectivités permettront de nourrir les ateliers participatifs en s’appuyant sur l’ingénierie AA afin de développer des plans d’actions permettant de dépasser la complexité des délégations de compétences inhérents au maillage territorial et à co-construire les conditions d’opérationnalisation d’un plan des mobilités prenant en compte les liaisons inter et intra collectivités en s’appuyant notamment sur les PCAET et le maillage réglementaire des différents plans liés (PDE, PDES, PDU, PLU, PLUi, CPER) et des schémas directeurs (SCoT, SRADDET). En croisant une analyse qualitative et quantitative des données de santé publique en s’appuyant sur l’équipe INSERM, ce projet vise à mettre en place sur le long terme les conditions d’amélioration sur la qualité de l’air et la santé publique et notamment les personnes en situation de précarité sociale et environnementale.

Conçu pour être reproductible à plus grande échelle, sur le plan scientifique ce projet vise donc à co-construire une analyse de ses effets sur : (1) la santé publique, (2) sur les changements opérés sur les acteurs y compris les agents et les élus que ce soit sur les pratiques professionnelles, les modes de déplacements professionnels et de loisirs, (3) sur leurs perceptions et notamment en matière de bien être, (4) sur l’efficacité des actions mises en place et notamment les politiques publiques, (5) sur la place et le rôle des citoyens à la fois dans le dispositif ainsi que (5’) dans les boucles décisionnelles en portant une attention particulière aux asymétries de pouvoir, (6) sur la gouvernance interne des collectivités et la gouvernance inter collectivités.

RDV ATELIER PARTICIPATIF POUR CO-CONSTRUIRE LES MOBILITES DE DEMAIN 

Sans attendre les résultats de l’appel à projet CO3,  l’association profitant d’un atelier participatif citoyen organisé dans le cadre de l’agenda 21 de la Mairie de Vendargues, Artivistes atelier a permis de poursuivre le travail de co-construction entamé par la rédaction du projet.

Cet atelier s’est déroulé le 19 novembre 2019 à  18h30 à la salle Armingué. Les élèves des écoles primaires ont pu avant l’atelier présenter leurs réalisations artistiques et ludiques d’éducation aux enjeux climatiques menés par l’association.

COMPTE RENDU ATELIER PARTICIPATIF

Cet atelier s’est déroulé avec des associations très actives concernant les mobilités notamment des représentants de l’association Vélocité et notamment Nicolas Lemoigne, vice-président et porte parole. Nous avions la chance aussi de profiter de l’expérience de membres de l’association Vélo Pays de l’Or et de sa fondatrice Annie Gal. Etaient aussi présents Ma Vie en Live et TCV ainsi que TMB Saint Aunès.
Lionel Scotto d’Apollonia et Davia Dosias-Perla ont présenté le projet de Recherche Action Participative débuté au printemps 2019 et faisant l’objet d’une réponse à l’appel à projet ADEME CO3. Ce projet vise à apporter des solutions concrètes aux questions de mobilités à la fois au sein de la Montepllier Métropole et des liens avec les collectivités voisines, notamment l’agglomération Pays de l’Or.
La force de ce projet est de s’appuyer sur l’ingénierie de la participation développée par Davia Dosias-Perla dans le cadre de l’accompagnement de l’Agglomération Pays de l’Or dans l’élaboration du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET). L’atelier était orienté autour de la question:
Quelles conditions pour un linéaire cyclable sécurisé et continu de l’ouest à l’est du territoire montpelliérain.
Pendant ce temps un atelier était organisé pour et par les enfants, au programme dessin, street art et construction moléculaire.
QUESTIONS :
Quelle échelle de travail ?
Quelle finalité ?
Quels leviers d’action publique ?

DESIGN

Design de l’atelier Objectifs
Etape 1 Délimiter un territoire par table de travail
Etape 2 Etablir un état des lieux partagé: pistes / chemins / axes existants sur la base d’indicateurs : état de la voirie, fréquentation cyclistes, sécurité (voitures, camion), éclairage, aménagements.
Etape 3 Dresser des pistes de solutions: quelles conditions pour lever les freins à la cyclabilité.
Etape 4 Partage et discussions

RAPPELS

RAPPEL EXPERT: LES GRANDS ENJEUX CIBLES PAR VELOCITE et la FUB (réunion 30 janvier 2019)

Les trois principaux freins à la pratique du vélo sont :
(1) le manque d’infrastructures adaptées (absence d’équipements, réseau discontinu, sentiment d’insécurité),

(2) les incivilités et infractions (stationnement sur pistes cyclables, violence des autres usagers) peu verbalisées)

(3) la peur du vol (manque de stationnement).

Les quatre principales motivations pour faire du vélo sont le sentiment de liberté (plus d’un tiers des participants !), la rapidité et la ponctualité, l’activité physique et aussi l’économie de carburant.

Les deux principales pistes pour inciter à la pratique du vélo sont :
(1) la volonté des élus (augmenter la part de l’espace accordée aux vélos et aux piétons au détriment de la voiture individuelle et des deux-roues motorisés),
(2) l’éducation voire la pédagogie (sensibiliser sur la rapidité du vélo, organiser des journées sans voiture).

IDENTIFICATION DES AXES

L’identification des axes existants est réalisée par :
– des retours d’usages des participants. Les habitants sont les premiers experts de leur territoire et des problèmes qu’ils rencontrent au quotidien dans leurs déplacements.
– des informations réglementaires, institutionnelles par les membres de VéloPays de l’Or et VéloCité et les autres membres des associaitons présentes.
– l’expertise d’Artivistes en matière de construction des plans de déplacement doux.

DEUX GROUPES DE TRAVAIL

Les participants se divisent en deux groupes.

GROUPE 1 :VENDARGUES INTRA MUROS
Territoire de Vendargues intra muros animé par Lionel Scotto d’Apollonia travaille sur un support de carte du PLU de la commune détaillant les noms de rues et les zones d’activités.
Le débat s’amorce sur les points noirs qui devraient faire l’objet d’un traitement immédiat en raison de leur niveau de dangerosité.

GROUPE 2: TERRITOIRE ELARGI
Territoire Pays de l’Or et Métropole de Montpellier animé par Davia Dosias-Perla élabore son plan d’actions sur la base d’un plan à co-construire à partir de la commune de Vendargues disposée sur un grand support vierge. a

Le groupe 2 indique les priorités de déplacements «doux» sur les territoires limitrophes. Après discussions ils inscrivent les communes de :

Mauguio – Saint Aunès- Castries – Baillargues – Montpellier – Vendargues- Le Crès.

Les participants des deux groupes s’accordent pour établir un premier diagnostic partagé de l’état de l’existant et des priorités à développer pour garantir une continuité cyclable sécurisée sur le territoire ciblé à chaque table.

SYNTHESE

GROUPE 1 :VENDARGUES INTRA MUROS

Le groupe constitué de vendargois s’est atelé à identifié les axes à améliorer pour une continuité cyclable sûre au coeur de Vendargues :
– élargir les trottoirs
– zone piétone aux abords des commerces (favorisant l’attractivité du centre ville)
– sécuriser l’accès à la piste cylcable du Crès par une passerelle
-sécuriser l’ensemble des accès aux écoles de la commune (2 accès par écoles)
– prévoir des aménagements (feux rouge, céder le passage, passages, passerelles) à chaque point de sortie et d’entrée de Vendargues vers les axes cyclables prioritaires (Crès, Castries, Saint Aunès, Montpellier)

Le groupe 1 a travaillé sur des plans d’actions pour répondre aux freins identifiés dans l’étape 2.
Ainsi ressortent unanimement :
– un plan de circualtion pour le coeur de village
– un plan de circulation pour les entrées et sorties cyclables de la commune
– élargir et /ou créer des trottoirs aux points “noirs” identifiés
– sécuriser les accès écoles (aménagements)
– développer le parcours de l’hypobus

GROUPE 2: TERRITOIRE ELARGI

Sur la base des usages de chacun et projets d’aménagement en cours (PAys de l’Or, Département de l’Hérault, Métropole de Montpellier, Commune de Valergues), ce groupe a identifié des axes non répertorié comme à améliorer :

– D 2112 de Saint Aunès à Mauguio en comprenant l’accès à Emmaûs
– Rue de la poste de Saint Aunès à Baillargues
– Chemin d’Emmaus à la ZAC Sain Aunès et Vendargues –> éclairage
– Chemin de Bannière
– Piste cyclable du Crès (Vendargues)
– Rond point de Castries
– Futur projet Eden (Vendargues)
– Ancienne voie ferrée (Montpellier – Vendargues- Casrties – Baillargues)
– Chemin des coustouliers

Le groupe 2 a identifié des pistes de solutions concrètes telles que :
– proposer un projet d’aménagement au Département de l’Hérault pour la traversée du rond point de Castries (ouvrage d’art, aménagement cyclable au milieu)
– étbalir un plan de circulation pour la traversée du rond point de Castries.
– développer avec tout acteur volontaire un projet pilote test sur l’ancienne voie de chemin de fer (supports bois) et chiffrer les usagers .
– étabir les point forts d’un tel projet : levier pour la continuité des axes Vendargues – Le Crès et Castries – Vendargues.

CONCLUSION

Les échanges ont porté sur les grands projets portés par les associations Vélo Cité et Vélo Pays de l’Or. Cet atelier est dans la continuité de l’ensemble des autres ateliers menés par les différents acteurs.

Il apparait qu’il est nécessaire de travailler à des échelles micro-locales, quartier par quartier, rue par rue, problème par problème tout en contextualisant en permanence la problématique sur le plan général.

Vendargues, comme le disais un des participants est dans une sorte de triangle des Bermudes, enclavés par la circulation routière. Il apparait très dangereux de s’aventurer à pied ou à vélo hors du périmètre définissant la commune.

Pour exemple le seul accès menant à la Cadoule ayant fait l’objet d’un aménagement reste très dangereux, d’autant plus si la balade s’effectue en famille.

L’action «LE BAROMETRE DES VILLES CYCLABLES» a été présentée par Nicolas Lemoigne administrateur Vélocité Montpellier invitant tous les participants à s’exprimer en ligne pour affiner les analyses comparatives sur l’évolution des pistes cyclables au sein des villes enregistrées.
Il est important de se connecter sur le site Internet de parlons-velo.fr (voir encadré ci-contre) afin de mettre en avant les problèmes rencontrés.

Il reste donc tout à faire pour déployer un plan mobilité d’envergue à la hauteur de l’urgence de la problématique.
L’association Artivistes-atelier est d’autant plus partie prenante qu’elle a développé une ingénierie de la participation innovante et unique à l’échelle du territoire national afin de mettre en synergie l’ensemble des expertises et de co-construire des solutions concertées dont l’efficacité aura fait l’objet d’un examen minitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *