MOBILISATION CITOYENNE PCAET RHONY VISTRE VIDOURLE 14 MAI 2022 VERGEZE

SAVE THE DATE 14 MAI 2022 VERGEZE

Dans le cadre du projet de recherche BREATHE financé par l’ANR, le laboratoire citoyen Artivistes a signé une convention avec la communauté de communes Rhony Vistre Vidourle pour les accompagner dans la coconstruction de leur futur PCAET.

JOURNEE MOBILISATION CITOYENNE LE MATIN SUR LE MARCHE

Tous ensemble pour le climat. Nous vous invitons à nous rejoindre autour de notre stand Artivistes sur le marché de Vergèze.

Dans une ambiance festive et collaborative, nous proposons  de nombreuses animations: création originale de Street Art avec Mara, déambulation poétique et magique avec les marionnettes des Géants du Sud, un concert intimiste avec Tipa Tipa.

L’occasion de créer un véritable espace de démocratisation des enjeux climatiques et plus largement socio environnementaux. Venez échanger, questionner, proposer, engager…. Vous avez la parole et surtout les moyens d’agir.

L’objectif est d’identifier les attentes et les besoins des habitants et des usagers de l’ensemble des communes de la communauté de communes Rhony Vistre Vidourle.

ATELIER PARTICIPATIF 17H ESPACE REPUBLIQUE VERGEZE

Venez nombreux.

Pour les parents un espace créatif dédié aux enfants sera proposé afin que vous puissiez pleinement participer en toute tranquillité à l’atelier participatif.

Le design de l’atelier se fera en fonction des premiers échanges recueillis sur le marché le matin  et en amont grâce à la rencontre d’un grand nombre d’acteurs du territoire.

Il s’appuiera sur l’ingénierie de la participation Artivistes Atelier, outil unique et innovant permettant une véritable co-construction du futur Plan Climat Air Energie Territorial et les outils de pilotage et de suivi.

 

ARTIVISTES-CASPA LAUREAT AMI CNRS SC PARTICIPATIVES

ACTION SCIENCES PARTICIPATIVES EN SITUATION D’INTERDISCIPLINARITE CNRS

Tel que le texte  de l’appel à projet lancé en 2022 par le CNRS le souligne: « les recherches ou sciences participatives constituent aujourd’hui des outils et des formes de production de connaissances scientifiques auxquels contribuent des acteurs de la société civile. L’association de ces derniers à divers stades de la production des recherches, depuis l’élaboration de la problématique jusqu’à la restitution des résultats en passant par le recueil des données, est le trait commun de ces recherches. Elles sont donc susceptibles de prendre des configurations très variées selon les modalités de ces associations et collaborations. La miniaturisation des dispositifs de mesure et leur transformation frugale, ainsi que la diversification des outils de collecte qu’ils ont entrainée, ont accéléré et diversifié des pratiques qui se sont développées finalement en peu de temps, dans de nombreuses disciplines et notamment aux interfaces. »

RESEAU CASPA

Le réseau CASPA  initié en 2019 est un projet  regroupant différents laboratoires de recherche autour des CApteurs et Sciences PArticipatives. Il représente un nouveau type de projets transdisciplinaires, au croisement de la recherche scientifique, de la démocratie participative et de l’innovation technologique, permettant de répondre simultanément à ces deux priorités.  En articulant ensemble sciences citoyennes et métrologie, les projets CASPA proposent des modalités d’actions concrètes en faveur d’une meilleure surveillance de l’environnement et d’une transition environnementale scientifique et citoyenne réellement inclusive.

ARTIVISTES RESEAU CASPA LAUREAT DE L’APPEL A PROJET

Artivistes est très fier et honoré de prendre en charge: le design, l’animation des ateliers, la construction des données et leurs mises en forme.

RESUME DU PROJET

A l’échelle nationale et internationale se développent de nombreux projets participatifs visant à impliquer les citoyens
dans différents dispositifs métrologiques appliqués à une grande diversité de thèmes. Si nombre de ces initiatives ont
montré leur pertinence, pour beaucoup d’acteurs (y compris de la Recherche) un certain nombre de difficultés et
d’écueils persistent. Réseau pluridisciplinaire de chercheurs (SHS, sciences de l’ingénieur, sciences environnementales)
développant des programmes de métrologie citoyenne impliquant l’usage de micro-capteurs, la communauté CASPA
(Capteurs et Sciences Participatives) s’est fédérée avec la volonté de partager les travaux de recherches, leurs apports
et limites, et d’enrichir les connaissances en matière de sciences participatives dans le champ de la mesure
environnementale. A l’heure de la multiplication de systèmes de capteurs embarqués ou fixes, la complexité de la
mesure et des dispositifs techniques, les configurations participatives, les modes d’engagement des volontaires, la
fiabilisation des protocoles métrologiques et la légitimation des données produites, constituent autant de zones
d’incertitude pour les sciences participatives. Il se pose également la question des modalités de coopération entre
chercheurs et citoyens. L’objectif du présent projet est double, à la fois analytique et méthodologique. A partir d’une
approche réflexive collective et d’expérimentations de terrain, il vise l’élaboration et la diffusion d’une matrice
scientifique pouvant soutenir des projets de sciences participatives pluridisciplinaires. Le programme prend appui sur
une diversité de recherches portées par plusieurs équipes réunies au sein de CASPA et portant ici sur la qualité de l’air,
la sismicité, les rayonnements ionisants. Prenant appui sur une approche comparative et expérimentale, et privilégiant
le dialogue entre disciplines différentes, l’objectif est de concevoir cette matrice analytique avec les différentes équipes
de recherche, afin d’en retirer des recommandations qui permettront d’améliorer les projets existants et de faciliter la
mise en place de nouveaux projets.

LES ENJEUX DE L’URBANISME PARTICIPATIF

CONFERENCE TABLE RONDE

Lionel Scotto d’Apollonia directeur scientifique du laboratoire Artivistes Atelier a été invité à participer à la table ronde organisée  à l’espace DoTank à Montpellier le mardi 11 janvier 2022 de 18h à 21h.
Il s’agit d’ouvrir un espace de réflexion autour de différentes expérimentations développant des approches innovantes de la participation citoyenne.

LE PROJET BREATHE EN DEBAT

Ce sera l’occasion de discuter du projet BREATHE et d’un de ses terrains d’étude: quartier Arceaux Montpellier. Les enjeux d’implication des citoyens dans les projets d’aménagement de leurs lieux de vie ou de travail représentent un défi et nécessitent une ingénierie participative développée dans le cadre d’Artivistes qu’il s’agira de présenter et de mettre en débat.

FAVORISER LE DIALOGUE CHERCHEURS-ACTEURS: CITOYENS ELUS AGENTS DE SERVICE

Des spécialistes de l’urbanisme participatif autour de la table:
• Nezha Hamdi Alaoui de l’Association Esprit Libre ;
• Lionel Scotto D’apollonia du laboratoire citoyen Les Artivistes
Pour finir un apéro-rencontre sera proposé aux participant.e.s afin de faciliter les mises en relation et fédérer un réseau d’acteurs locaux.

➡️ Événement Facebook : https://fb.me/e/21LnJZ62i

Cet événement est rendu possible grâce au soutien de l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ) en France et à l’accueil de DoTank !

Dispositif artistique et participatif Journée Nationale de Qualité de l’Air

VENDREDI 15 OCTOBRE ET SAMEDI 16 OCTOBRE 2021 ESPLANADE COMEDIE MONTPELLIER

Venez participer au dispositif artistique et participatif grâce au laboratoire citoyen Artivistes Atelier qui présenteront avec Géosciences Montpellier leurs actions en faveur de la qualité de l’air.

Cette animation est en partenariat avec la Ville de Montpellier et la DREAL.

ANIMATION PARTICIPATIVE ARTISTIQUE ET LUDIQUE 

L’occasion de présenter les activités des chercheurs au sein du projet BREATHE financé par l’ANR.

(1) Stand pédagogique: éducation à la métrologie de la qualité de l’air: posters sur nos travaux de recherche sur les particules fines, notamment notre laboratoire citoyen expérimental le Zephyr Lab
(2) Animation de création de micro capteur permettant de faire le lien avec les aspects fondamentaux de la mesure notamment les PM
(3) Animation sensible permettant de créer des boitiers visant à accueillir les micro capteurs type nichoirs à oiseaux ou autre
(4) Animation de street art sur le thème de la qualité de l’air permettant de générer l’interaction avec le public plus facilement.
(5) Animation outils participatifs pour aborder les questions sociales et recueillir les attentes et besoins des passants en matière de la qualité de l’air.

Gazette Café mercredi 29 sept 2021 18H

QUELLES MESURES POUR LA QUALITE DE L’AIR A MONTPELLIER?

MERCREDI 29 SEPTEMBRE 202118H-19H30 CAFE CITOYEN GAZETTE CAFE

PREMIERE PARTIE

5’ Cadrage des enjeux et rappel du projet BREATHE

10’ Parole citoyenne

  • un citoyen participant BREATHE
  • vélo cité

10’ Parole du politique

Isabelle Touzard Vice Présidente à Montpellier Méditerranée Métropole, déléguée à la Transition écologique et solidaire, Biodiversité, Energie, Agroécologie et alimentaire et Maire de Murviel-lès-Montpellier

20’ Parole de chercheurs

Pierre Camps Sarah Letaief (métrologie) – Marion Mortamais Jean-Luc Bourrain (santé) – Davia Dosias Perla (Sciences Politiques)

DEUXIEME PARTIE 

15’ Ping Pong entre les intervenants 

TROISIEME PARTIE

30’ Echange avec la salle Micro baladeur et questions posées par écrit pour celles et ceux qui le souhaitent sur post it.

20H ANIMATION MUSICALE  AVEC « LA FILLE ALLUMETTE »

Mélanie Arnal et Olivier Roman Garcia

https://mearnal.wixsite.com/melaniearnal

crédit photo ORG

Agir avec l’art et les sciences pour un monde durable

Proposition de présentation Artivistes Atelier

Agir avec l’art et les sciences pour un monde durable

Lionel Scotto d’Apollonia (Artivistes Atelier, Université Montpellier)

lionel.scotto-d-apollonia@umontpellier.fr

Davia Dosias Perla (Artivistes Atelier, Université Panthéon Paris Sorbonne)

Davia.DOSIAS-PERLA@cnrs.fr

 

Dans une visée transformative et émancipatrice de la société sur les questions socio environnementales, nous avons développé un dispositif en Recherche Action Participative et Sciences Citoyennes et ouvert un tiers lieu L’Eco Lab’[1] autour d’une structure associative Artivistes-atelier. Cette structure est un véritable laboratoire citoyen (reconnu comme un laboratoire de droit privé par l’Agence Nationale de la Recherche ANR, dans le cadre du projet BREATHE[2]) des transitions écologiques et solidaires. Sa spécificité est d’articuler à la fois une expertise environnementale et participative à travers une approche sensible par l’art et la culture. Nous développons des projets participatifs mettant en synergie les différents acteurs à la fois des chercheurs, des experts, des artistes, des associations, des citoyens, des entreprises, des élus, des techniciens, des citoyens afin d’accompagner et d’améliorer l’action environnementale.

Nous vous proposons de présenter sur le plan général la façon dont nous avons conceptualiser notre dispositif visant à créer des espaces artistiques et citoyens de démocratisation des enjeux environnementaux. Le projet Artivistes-atelier intègre des formes d’art participatif permettant de penser différemment la relation entre le spectateur et l’œuvre dans ses prolongations politiques, morales et éthiques. Tout comme l’art et la culture sont le produit de normes sociales (Bourdieu, 1992), les questions environnementales malgré les mouvements citoyens récents restent cloisonnées dans une forme d’entre-soi (Comby, 2015). Aussi nous détaillerons comment notre posture réflexive aborde une forme singulière de partage du sensible dans un monde incertain (Schaller, 2013), inspiré de « la méthode de l’égalité » de Jacques Rancière (2012). La force du projet est d’intégrer le regard analytique de la recherche, chaque action devenant un révélateur au sens photographique de l’éthique communicationnelle et de l’éthique environnementale considérée dans le prisme kaléidoscopique du politique et de la démocratie. Dans une perspective habermassienne, ces expériences Artivistes permettent de développer des projets de territoires innovants dans le sens où l’interaction créative avec l’artiste permet d’initier une démarche participative réussissant le tour de force de produire des effets sur l’action publique.

Plus particulièrement, nous discuterons des limites et des apports visant à développer une approche artistique et culturelle depuis la rue jusqu’à la construction de l’action publique. Pour cela nous présenterons une analyse comparée de plusieurs projets de recherche. A l’heure où le tout participatif tend à devenir une norme communicationnelle, nous questionnerons le risque de certaines dérives notamment d’instrumentalisation de l’art et de la culture, l’ « art washing » à travers le prisme du « green washing » et/ou du « citizen washing ». En outre, nous proposons de questionner comment l’intégration de telles pratiques artistiques modifient et renforcent ou non les collaborations entre les différents parties prenantes en faisant un retour d’expérience sur nos six dernières années. Dans une visée critique et réflexive, nous tracerons quelques pistes de réflexions sur la place dans les institutions scientifiques de ce types d’approches à la fois interdisciplinaires, participatives et artistiques incarnées par le tiers secteur de la recherche.

 

[1] https://www.lecolab.fr/

[2] https://breathe.hypotheses.org/

Séminaire 7 octobre 2021

(R)Evolution’ air : la COMPLEXITE DE LA mesure de la qualité de l’air au cœur des enjeux democratiques et politiqueS 

7 octobre 2021 (9h-17h)

MSHSUD Montpellier – Université Paul-Valéry Montpellier 3

Site St Charles 2, 71 rue du Professeur Henri Serre Montpellier

Depuis le 10 juillet 2020[1], la France est contrainte de payer une amende de 10 millions d’euros par le Conseil d’Etat français en raison d’un manque d’actions efficaces pour réduire le dépassement de seuils réglementaires de pollutions atmosphériques sur son territoire. Cette astreinte record découle du jugement en date du 24 octobre 2019 de la Cour Européenne de justice[2] répondant aux besoins d’action et de prise en compte des enjeux sanitaires liés à la qualité de l’air que nous respirons. Ainsi sommé d’agir, l’Etat a pris un certain nombre de dispositions pour les collectivités territoriales, dans l’urgence[3], telle que la mise en place (obligatoire) des Zones à Faibles Emission mobilité (ZFEm). Ces dernières sont en cours d’élaboration et d’arbitrage et au cœur d’un certain nombre de programmes électoraux régionaux et de mandats métropolitains ou d’Agglomération, pour une mise en place progressive jusqu’en 2028. L’urgence à la mise en place de cette mesure vient se confronter à la réalité et la nécessité des usages des habitants des dits territoires qui vont voir leur quotidien potentiellement hautement impacté. En effet, dans les communes et intercommunalités concernées dans lesquelles ces zones seront instaurées seuls les véhicules les moins polluants (en fonction de leur certificat Crit’Air) auront le droit de circuler.

Dans un même calendrier, les AASQA, Associations Agrées pour la Surveillance de la Qualité de l’Air ont revu leur indice ATMO[4] au 1er janvier 2021 après 27 ans sans évolution. Parmi les nouveautés de ce nouvel indice, la prise en compte d’un nouveau polluant réglementé, les particules fines PM2,5[5] aux effets sanitaires avérés. Cette mesure permet d’harmoniser l’indice de qualité de l’air avec les seuils de l’Agence européenne pour l’environnement[6]. L’indice ATMO qualifie donc la qualité de l’air sur une échelle graduée en six points de « bon » à « très mauvais » pour informer les populations et appuyer le processus décisionnel des institutions publiques. Il ne prend pas en compte les mesures des particules les plus fines les PM1 et le PM 0.1 dont les études démontrent leur niveau supérieur d’impact en matière de santé publique[7].

Dans ce contexte, force est de constater que les habitants sont en demande d’information sur la qualité de l’air qu’ils respirent. Dans les faits, la volonté d’implication citoyenne se traduit par un nombre croissant de projets citoyens : capteurs citoyens, associations citoyennes procédant à leurs propres mesures. Qu’ils s’agissent des capteurs commercialisables sur les sites internet et peu coûteux, ou bien ceux dans la tendance « do it yourself » (à réaliser soi-même), les citoyens deviennent facilement et librement tous acteurs de la mesure de la qualité de l’air. Ces projets s’inscrivent dans un mouvement dit de renouveau démocratique à l’échelle des territoires et institutions publiques.

 

Notre séminaire propose d’aborder l’enjeu de la qualité de l’air sur deux plans interreliés. D’une part il abordera la complexité liée à la métrologie des particules fines et d’autre part ses traductions dans le processus politique et décisionnel, interrogeant de fait la place de l’expertise citoyenne.

Sur le plan métrologique nous vous proposons d’aborder l’état actuel des connaissances concernant la métrologie, la caractérisation et la modélisation des PM et de discuter de nos premiers résultats dans le cadre du projet ANR BREATHE mené sur le territoire d’Occitanie (2019-2023).

L’indicateur d’exposition moyenne (IEM) est une concentration massique exprimé en µg/m3, ce qui ne va pas sans poser de problèmes dès lors que la mesure consiste à compter à l’aide des capteurs les particules en fonction de leur diamètre. L’indice IEM est déterminé sur la base des mesures effectuées dans des lieux caractéristiques de la pollution de fond urbaine situés dans des zones spécifiques. Lorsque des sources spécifiques sont étudiées (ex : Traffic) la mesure de concentration de particules fines revient à effectuer une mesure relative par rapport à des stations de références, élément largement ignoré en général des citoyens et des pouvoirs publics. La mesure des particules fines s’effectue en général suivant deux techniques différentes (micro pesée, comptage) ce qui complexifie considérablement l’étalonnage de la mesure sur le plan règlementaire. La technique de comptage est déployée par les différents micros-capteurs et présente une tâche complexe allant jusqu’à questionner la définition des particules fines. Que mesure un micro-capteur quand il mesure par exemple des PM 2.5 ? Comment normaliser la mesure par rapport à la règlementation en vigueur ? Comment modéliser la concentration des particules fines et les phénomènes de dispersion associés ? Comment prendre en compte la complexité de l’ensemble des variables dans la modélisation ?

 

Sur le plan politique, la construction de l’action publique pour améliorer la qualité de l’air demeure tout autant complexe pour différentes raisons, la nécessité de sa prise en charge transversale en faisant partie. De plus, les pouvoirs publics n’ont d’autres choix que de s’appuyer sur la cartographie de la qualité de l’air provenant réalisée à l’aide des modèles dont les limites sont rarement discutées. De nombreux projets citoyens avec une dimension recherche plus ou moins approfondie ont vu le jour ces dernières années à l’échelle nationale.

Nous proposons de croiser les retours d’expériences pour la plupart en cours de ce type de projets autour de trois axes de recherche. Comment l’action publique se construit-elle dans les faits ? Quel est le niveau d’intégration des citoyens dans des démarches présentées comme participatives en lien avec l’enjeu qualité de l’air (mobilité, aménagement, métrologie et cartographie, déchets, biodiversité…) ? Comment et à quels niveaux la métrologie de la qualité de l’air s’intègre-t-elle dans la construction et le suivi de l’action publique ?

 

 Les propositions de poster sont à envoyer avant le 15 septembre 2021 à l’adresse suivante breathe.occitanie@gmail.com

L’inscription est libre et gratuite, chaque participant couvrant les frais liés au séminaire. Pour tout renseignement ou information complémentaire veuillez-vous adresser à Lionel Scotto d’Apollonia – 06 10 63 59 49 – lionel.scotto-d-apollonia@umontpellier.fr

[1] https://www.conseil-etat.fr/ressources/decisions-contentieuses/dernieres-decisions-importantes/conseil-d-etat-10-juillet-2020-pollution-de-l-air

[2] https://eur-lex.europa.eu/legal-content/GA/TXT/?uri=CELEX:62018CJ0636

[3] Pris en application de la loi d’orientation des mobilités (LOM) voir Décret no 2020-1138 du 16 septembre 2020 relatif au non-respect de manière régulière des normes de la qualité de l’air

https://www.legifrance.gouv.fr/download/pdf?id=x8h1GMsZOJg0LaYPl2_MCUvjG5MsDkfRtWfMxQ-Cnuk=

[4] Créé en 1994, l’indice ATMO est un indicateur journalier de la qualité de l’air calculé sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants, à partir des concentrations dans l’air de polluants réglementaires.

[5] C’est-à-dire des particules fines (Particulate Matter) ayant un diamètre inférieur à 2,5 micro mètres

[6] European Air Quality Index — European Environment Agency (europa.eu)

Pour information les seuils européens sont supérieurs aux seuils préconisés par l’OMS :

https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/ambient-(outdoor)-air-quality-and-health

[7] MAHER (B.) et al. – Magnetite pollution nanoparticles in the human brain. PNAS, vol. 113, n° 39, p. 10797-10801 (2016).

FORTUL (T.) et al. – Health Effects of Metals in Particulate Matter. Intech, chap. 25, p. 571-608 (2015).

PARTICIPEZ ETUDE QUALITE DE L’AIR OCREAL

INSCRIPTION

Vos données sont protégés conformément à la loi.

    ETUDE IMPACT QUALITE DE L’AIR OCREAL

    L’étude d’impact de la qualité de l’air autour d’OCREAL vise à développer un projet de recherche action participative permettant:

    (1) de déterminer la concentration des particules fines (PM 10 -2.5 -1 – et 0.1) dans un rayon de 5 km autour de l’usine (voir carte ci-dessus)

    (2) de chercher à identifier les différentes sources de pollution

    (3) de développer un modèle de dispersion des polluants.

    QUI?

    Ouvert à toutes et à tous !!

    QUAND?

    Nous effectuerons deux campagnes d’échantillonnage:

    Phase 1 fin avril début mai 2021

    Phase 2 début juillet 2021

    COMMENT?

    L’originalité est d’effectuer les mesures à l’aide de trois procédés dont il s’agit par comparaison de normaliser la mesure:

    • Cueillette de feuille de chêne blanc
    • Capteurs passifs à mettre chez vous et dans les endroits stratégiques
    • Micro-capteurs low cost.

     

    ATELIER STREET ART DEVELOPPEMENT DURABLE

    ATELIER DE CREATION DES PIGMENTS BY Tipa Tipa

    De la salade, des épinards, de la betterave, du chou, des oignons, bref des fruits des légumes voila la base de départ très végétal et bio s’il vous plait pour la création des pigments.

    Une approche simple, ludique, pédagogique pour aborder le naturel et l’artificiel, la nature et l’urbain.

    ATELIER DE CREATION D’UN LANGAGE ASEMIQUE PAR NOLUCK

    Créer son propre langage graphique

    Designer les futurs cubes paricipatifs

    Noluck la créativité, déconstruire le sens pour mieux en redonner.

    CREATION DES IN’CUBE ART BY NOLUCK

    C’est parti pour trois jours de création

    Merci au service jeunesse de la ville de Montpellier.

    Ca phosphore un max.

    ETUDE QUALITE DE L’AIR QUARTIER ARCEAUX

    REUNION AVEC LES CITOYENS EN VU DE LA PHASE DE CONCERTATION 10 et 11 mai 2021

    Certains  habitants du quartiers notamment de l’association AVA et certains participants au projet BREATHE se sont réunis en vu de préparer la phase de concertation du quartier des Arceaux.

    Le projet BREATHE vise à outiller les citoyens afin d’aider à la phase de concertation et le renouveau démocratique voulu par l’équipe municipale.

    UN ARTICILE DANS LA REVUE SANS TRANSITION SUR LE PROJET BREATHE NOTAMMENT RUE ST LOUIS

    Cliquez ici pour lire l’Article sans transition Breathe Mai 2021

    Dans le même magazine que nous vous conseillons un article de notre collègue Loïc Blondiaux sur les enjeux de la démocratie participative et les écueils du Citizen Washing:  Article Sans transition démocratie participative

    REUNION CAUE RUE ST LOUIS 27 MARS 2021

    Retrouvé le compte rendu de la réunion qui s’est déroulé le 27 mars 2021 en présence d’élus et des membres du cabinet de Monsieur le Maire:

    Compte rendu réunion Breathe CAUE 27 mars 2021 version finale

    COMPTE RENDU REUNION BREATHE RUE ST LOUIS JEUDI 26 NOV.  2020 – 18h Visio Zoom

    Suite à la première campagne de mobilisation citoyenne dans le quartier des arceaux, nous avons organisé une réunion en visio par Zoom afin de respecter les contraintes sanitaires dues à la COVID-19.

    Ordre du jour :

    • Présentation du projet BREATHE
    • Information concernant le début de la campagne de métrologie (Pose des filtres – déroulé)
    • Atelier participatif sur l’évaluation des niveaux d’engagement et questions autour du projet

    Points à retenir :

    • Distribution Kits et pots de Lierre chez vous avec filtres les 4 et 5 décembre 2020.

    ATTENTION POUR DES RAISONS PRATIQUES VOUS AUREZ LE WEEK END (2 JOURS) POUR POSER LES BOÎTIERS ET NOUS RENVOYER LE FORMULAIRE AFIN QUE LE DÉBUT DE LA CAMPAGNE SOIT SYNCHRONE ENTRE TOUS LES HABITANTS.

    • Sarah (0627818611) et Lionel (0610635949) sont à votre disposition pour toutes formes de questions et viendront vous distribuer les kits.
    • Proposition de visibiliser le projet dans la rue St Louis tout en sécurisant les voies piétonnes et cyclables avec des plantes : réunion prévue sur site dont la date reste à définir avec les élus et services de la Ville et Métropole.
    • Collaboration avec l’école d’Architecture de Montpellier.

    RAPPEL PROJET

    Durée du projet en général : 2019-2023

    Début du projet quartier Arceaux Mai 2020

    Phase 1 Première campagne mesures participatives : décembre 2020 à février 2021

    Phase 2 : Animation atelier participatif sur la base des résultats à partir du printemps 2021

    Phase 3 : En fonction des résultats des mesures et des ateliers.

    Financement : Agence Nationale de la Recherche, Observatoire OREME, MSHS.

    Porteur du projet et coordination

    UMR Géosciences Montpellier 

    Partenaires :

    Association loi 1901 Artivistes-atelier membre de l’ICPC (Institut de la Concertation et de la Participation Citoyenne)

    UMR Géosciences Environnement Toulouse

    Champs disciplinaires : Géophysique et Géochimie – Sciences Participatives – Sociologie – Sciences Politiques.

    Objectifs scientifiques :

    Le projet BREATHE comporte deux volets interreliés. Le premier consiste à développer un programme de métrologie participative de la qualité de l’air à l’aide notamment de la collecte de feuilles de végétaux, de filtres passifs et de micro-capteurs. Le second vise à animer des ateliers participatifs en s’appuyant sur l’ingénierie de la participation Artivistes-atelier afin d’accompagner autant que faire se peut l’action publique en faveur des questions Air-Climat-Santé.

    PRESENTATION GENERALE

     

    PRESENTATION DU PROTOCOLE DE MESURES PARTICIPATIVES

    Pour celles et ceux ayant des interrogations, Sarah et Lionel sont à votre disposition et pourront vous donner toutes les informations nécessaires lors de la distribution des kits vendredi 4 et samedi 5 décembre 2020. En cas d’indisponibilité pourriez-vous nous contacter svp ? Si vous n’étiez pas disponible ces jours là merci de ne communiquer une date et horaire de rdv svp ?

     

    ATELIER PARTICIPATIF AVEC MURAL animé par Emilie Dias

    Nous remercions vivement Emilie Dias qui a animé un atelier participatif exploratoire afin de tester son opérationnalité en vue de l’hypothèse défavorable d’un troisième reconfinement.

    Nous remercions l’ensemble des habitants de s’investir dans le projet BREATHE.

    Enfin nous remercions les élus Florence Brau et Stéphane Jouault pour leur présence, l’intérêt exprimé pour le projet et les échanges constructifs qui permettent de renforcer la phase d’institutionnalisation du projet.

    La plateforme utilisée était MURAL. Elle nécessite un temps d’appropriation et fonctionne correctement, l’objectif final est atteint et le résultat satisfaisant. L’outil se présente comme un tableau sur lequel chacun peut naviguer librement et zoomer sur les différentes parties.

     

    L’atelier s’est découpé en plusieurs étapes. Nous avons pris le parti de passer la quatrième parce que nous avions les informations nécessaires.

    La première étape permet de se familiariser avec l’outil et de briser la glace en choisissant la couleur d’un avatar. La deuxième a permis de mettre au jour l’intérêt de chacun vis-à-vis du projet. Sans surprise les personnes présentes sont forcément les plus motivées. Une enquête de terrain ethnographique auprès des citoyens engagés et plus largement des habitants viendra compléter ce point afin. Elle permettra de cartographier les perceptions des habitants portant sur la qualité de l’air, les questions de mobilités et plus largement des usages quotidiens dans le quartier des arceaux.

    Les participants ont pu dresser une liste d’engagements concernant le projet reproduit ci-dessous.

    La cinquième étape a permis de poser des questions librement alimentant ainsi une riche discussion à la fois sur les aspects métrologiques tout autant que la dimension citoyenne et participative du projet.

     

    Ces échanges très riches et collaboratifs ont permis de faire émerger une série de propositions. L’équipe de BREATHE exprime à nouveau sa motivation à permettre de mettre en synergie les acteurs et de s’investir dans les demandes de collaboration.

    • Une réunion sur site est envisagée avec notamment Laurent Nizon. L’équipe BREATHE prend en charge la coordination entre les différents acteurs et la réalisation de la réunion.
    • Cette réunion vise à évaluer les possibilités de communiquer autour du projet notamment dans la rue St Louis en envisageant par exemple la pose de bacs végétalisés afin de sécuriser les usages notamment pour les piétons.
    • Une proposition de partenariat avec l’école d’architecture de Montpellier a été proposée.
    • Cette première série de mesures qui durera environ trois mois pourra être renouvelée au printemps ou en début d’été 2021. Des ateliers participatifs seront organisés à la fin de la première campagne afin de construire les bases d’une démarche participative vertueuse visant à soutenir les efforts de la Ville de Montpellier et de la Métropole afin d’améliorer le cadre de vie et la qualité de l’air notamment à travers son PCAET (Plan Climat Air Energie Territorial) ou la ZFE (Zone à faible émission).

     

     

    Pour plus d’informations contacter

    Lionel Scotto d’Apollonia

    06 10 63 59 49